Aller au contenu principal

Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes

3 Avril 2020 - 7 Septembre 2020
Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes

En application des mesures gouvernementales de lutte contre le Covid-19, le Festival Normandie impressionniste est reporté.

La Réunion des Musées Métropolitains est pleinement mobilisée pour reprogrammer ses expositions et déterminer une prochaine date d’ouverture.

47169_a_-_c_mad_paris_-_jean_tholance_3.jpgUne femme céramiste ? À l’époque impressionniste ? Allons donc. C’est pourtant bien cette figure originale que le Musée de la Céramique révèle dans une exposition inédite, la toute première jamais consacrée à Camille Moreau. Un incroyable talent à découvrir… ! Il s'agit de la peintre et céramiste Camille Moreau-Nélaton (1840-1897), contemporaine de la génération des Monet et Renoir. Artiste amateure, évoluant dans un milieu lettré et féru d'arts, elle a développé pour ses réalisations en terre une production au style personnel fortement teinté de japonisme. Marquée par les figures tutélaires de Félix Bracquemond et Laurent Bouvier (pour l'esthétique), de Théodore Deck et François Laurin (pour la technique), Camille Moreau – qui signe ses œuvres de son nom d'épouse – a joué un rôle essentiel dans la formation de son fils, Étienne, artiste, historien et collectionneur de la première heure (puis donateur) des peintres impressionnistes. Ce dernier est d'ailleurs l'auteur de la première et unique monographie consacrée à l'artiste (1899). Le statut très singulier de Camille Moreau, femme artiste amateure mariée, mais exposant et vendant ses œuvres, sera au cœur de l'exposition – avec une mise en perspective historique du statut de la femme artiste, notamment céramiste (comme Elénonore Escallier (1827-1888)). Les recherches de la céramiste portant sur le traitement du décor, des émaux et de la couleur constitueront un autre point focal de l'exposition – rappelons qu'elle a notamment utilisé la technique de la barbotine colorée, propre aux céramiques dites « impressionnistes », faisant appel aux mêmes fours (notamment Laurin à Bourg-la-Reine) que cette production dont elle est contemporaine. L’exposition présentée à Rouen permettra de rassembler pour la première fois des pièces aujourd'hui dispersées dans des collections publiques (Cité de la Céramique – sites de Sèvres et de Limoges, Musée des Arts Décoratifs de Paris, Musée Théodore Deck, Musée de la Loire), mais aussi provenant de collections privées (notamment appartenant aux descendants de l'artiste), exécutées de 1869 à 1896 environ.

 

Visuel : Vase, Terre cuite jaune ; décor d'émaux colorés  parfois en superposition, partiellement gravés, recouverte d'un vernis. Musée des Arts Décoratifs, Paris

Pour plus d'information : https://impressionnisme-musees-metropolitains.fr/fr