Aller au contenu principal

Faïences révolutionnaires

19 Mai 2021 - 22 Août 2021
Faïences révolutionnaires

Le musée de la Céramique de Rouen présente pour la première fois depuis 30 ans un ensemble remarquable de faïences révolutionnaires issues de ses collections.

 

De la prise de la Bastille en 1789 à l’instauration du Consulat en 1799, la France connaît une suite d’événements sans précédent qui transforment en profondeur l’organisation institutionnelle, politique, économique et sociale du pays. Les idées et les actes révolutionnaires se diffusent sur l’ensemble du territoire et une nouvelle organisation de la société française se met en place, scellant la fin de l’Ancien Régime et célébrant la jeune République.

Durant ces dix années, les grandes manufactures du Centre et de l’Est de la France comme Nevers, Roanne, Lunéville ou le Bois d’Épense ont une activité intense de production de céramiques à décor patriotique, en écho aux événements de la Révolution.

À Rouen, alors le plus important centre faïencier du pays, les objets illustrant l’actualité révolutionnaire sont pourtant rares : la Révolution, en effet, y est plus modérée, en particulier pendant la période de la

Terreur, ce qui peut expliquer le manque d’intérêt des faïenceries rouennaises comme de leurs clients pour ces productions au message souvent très engagé.

Assiettes, plats, écritoires et bouteilles sont les manifestations dans la terre et dans l’émail des bouleversements politiques, sociaux et économiques de l’époque tels qu’ils ont été vécus par le peuple.

Ces objets du quotidien, modestes, au décor parfois naïf mais souvent émouvant, témoignent également du savoir-faire, de la vivacité et de la créativité des centres faïenciers qui ont su renouveler leur inspiration pour conserver leur activité et assurer leur survie.

Si ces faïences s’inscrivent dans une longue tradition de céramiques « parlantes », la richesse et le foisonnement des illustrations comme l’intensité des discours révèlent avec une force inédite les aspirations, les inquiétudes et les espoirs des femmes et des hommes de cette époque au chant de « Ah ça ira » et « Vive la liberté ! ».

c_2419_lbv.png

© Réunion des Musées Métropoitains Rouen Normandie / Agence la Belle Vie
Plat : « Epouse du philosophe républicain français »
Bois d’Épense, vers 1791-1792
Faïence de petit feu à décor polychrome
Inv. C.2419

Plat exceptionnel orné du portrait de l’« épouse du philosophe républicain français ». Il s’agit de Marie-Thérèse Levasseur, la veuve de Jean-Jacques Rousseau. Représentée de trois-quarts, elle porte une coiffe nouée d’un ruban tricolore bleu, blanc, rouge et, à son cou, un pendentif auquel est attaché un camée à l’effigie du philosophe, image de la foi civique révolutionnaire.

c_2425_b_lbv.png

Bouteille : Alexis Roucelle
Attribuée au Bois d’Épense, 1792
Faïence de grand feu à décor polychrome
Inv. C.2425
Grenadier de la garde nationale
« vive la nation la loi et le roi et la constitution »
Il défendra sa patrie au péril de sa vie : « vivre libre ou mourir, l’an 4 de la liberté 1792 ».